MARIE FRANCE



Forum du site non officiel :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MARIE FRANCE dans "LE PROLONGEMENT DE MOI" (2012), film de STEVE CATIEAU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GUIBERT FRANCOIS
Admin
avatar

Messages : 1023
Date d'inscription : 12/07/2008
Age : 44
Localisation : “Chez Moi À Paris”

MessageSujet: MARIE FRANCE dans "LE PROLONGEMENT DE MOI" (2012), film de STEVE CATIEAU   Dim 2 Déc - 1:09







Nouvelle page (avec chronique détaillée)
« MARIE FRANCE
dans “LE PROLONGEMENT DE MOI” (2012),
film de STEVE CATIEAU »



sur ce lien (à copier-coller) :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/MARIE-FRANCE-dans--g-LE-PROLONGEMENT-DE-MOI-g---k1-2012-k2-%2C-film_serie-de-STEVE-CATIEAU-.-.htm




•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••






Avant-première du film/websérie “LE PROLONGEMENT DE MOI”

le mercredi 7 novembre 2012
aux ATELIERS VARAN (Paris)


en compagnie du réalisateur, des acteurs et actrices et de l’équipe technique du film :



Avec “Le prolongement de moi”, Steve Catieau réalise une œuvre digne et intéressante, tournée en mars 2012, sur un sujet atypique, peu voire guère traité jusqu’à présent dans le cinéma français.

D’une durée totale de cinquante-six minutes, ce film décrit, raconte, met en perspective le désamour ou en tout cas le manque d’intérêt — et le degré d’intensité de celui-ci — qu’éprouve une jeune mère, Helena (jouée par Lorène Devienne), pour son fils. Et le mélange de sentiments contradictoires et d’interrogations internes que cela provoque en elle : culpabilité, détachement, remords, continuer à être à fond dans la vie active, mener son quotidien de femme comme elle en a envie avec les hommes, non-désir de vouloir se marier ou d’avoir un deuxième enfant, etc.

Pendant la quasi-totalité de cette websérie (1), le fils de Helena a l’âge d’un bébé de quelques mois, ou peut-être 1, 2 ou 3 ans. On le voit très peu à l’écran mais il est le sujet principal des dialogues entre les personnages.

Dans sa filmographie, c’est la première fois que Marie France interprète le rôle d’une mère, Gema (la maman de Helena). Elle figure dans deux scènes, chacune étant tournée en intérieur.

Dans la première scène (une dizaine de minutes après le début), il s’agit d’une discussion entre mère et fille. Nous sommes dans la cuisine de Gema, robe échancrée et élégante de ville, cheveux attachés, collier de perles au cou. Enthousiaste et épanouie, elle dit à sa fille Helena combien son enfant lui ressemble, qu’il est tout son portrait. Qu’elle est si heureuse (en tant que maman de Helena) que ce petit être fasse partie de sa famille. De son côté, Helena, comme gênée et perturbée par ces compliments, s’attarde de façon inconsciente sur des préoccupations 100 % terre à terre : chercher les couverts, etc.

La seconde scène où figure Marie France est située vers le premier tiers du film. Il s’agit d’une discussion téléphonique entre son personnage, Gema, et Ludovic (interprété par Olivier Nicklaus). Ce dernier, dont on devine le profil de Parisien clubber branché, est l’un des bons amis de Helena, doté d’un esprit ironique et joyeusement désabusé. Il est un peu le confident de Helena, son, disons, conseiller-consultant sentimental improvisé, en mode “relax man” distingué. Helena et Ludovic sont filmés chacun dans leur propre logement (photos ci-dessous).

Dans cette scène, quand Ludovic décroche le téléphone et qu’il entend que c’est Gema au bout du fil, il semble flatté de l’intérêt qu’elle lui porte. Et aussi on sent que, bon, comme c’est la maman de Helena, il faut quand même bien l’écouter même si ça ne le passionne pas outre-mesure. Mais qu’il l’aime bien et qu’il s'est attaché à elle.

Dans cette seconde scène, dos à la fenêtre de son appartement parisien (ça sent le 1er ou 6e arrondissement) en pleine journée, Gema demeure — comme dans la première scène mais avec une autre tenue — une Parisienne toujours impeccablement chic.

Comme toujours, Marie France est en pleine possession de son charme ultra magnétique. Avec subtilité et en y mettant son innée Rock’n’Roll Queen touch, elle joue une Gema pimpante, charmeuse en diable, souriante, positive, raffinée, les cheveux souples et ondulés, extrêmement coquette. Et pleine d’humour. Par exemple, la phrase dans la première scène où elle parle d’un dinosaure-jouet en disant d’un ton mi-détaché mi-comique que « c’est pas donné, ce genre de babioles ». Ou encore lorsque, en tant que Gema, elle dit : « Aah, Ludovic ! J’aimerais tant vous avoir comme gendre. »

Marie France a bien sûr assisté à l’une des trois projections (celle de 21h) du “Prolongement de moi”, lors de cette avant-première.

Cette soirée, très conviviale, simple, chaleureuse, sans aucun chichis, était ouverte à toutes les personnes qui le désiraient. Bravo à Steve Catieau et son équipe pour son déroulement impeccable et tranquille. Et encore plus, bien sûr, avant tout, pour le film “Le prolongement de moi”.

François Guibert

(1er décembre 2012)

(1) : un épisode est mis en ligne chaque mercredi à 20h depuis mi-novembre 2012 sur le site officiel du “Prolongement de moi” : http://leprolongementdemoi.com/




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
 
MARIE FRANCE dans "LE PROLONGEMENT DE MOI" (2012), film de STEVE CATIEAU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'utilisation d'oeuvres préexistantes dans les films
» et le nord pas-de-calais en 2012 ??
» Johnny dans la presse
» Marie-Antoinette d'Autriche
» Musique Classique dans le Cinéma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARIE FRANCE :: Les concerts de MARIE FRANCE-
Sauter vers: