MARIE FRANCE



Forum du site non officiel :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JOHNNY HALLYDAY (+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE) 15/12/2013 Trianon (Paris) : compte rendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GUIBERT FRANCOIS
Admin
avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 12/07/2008
Age : 43
Localisation : “Chez Moi À Paris”

MessageSujet: JOHNNY HALLYDAY (+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE) 15/12/2013 Trianon (Paris) : compte rendu   Sam 28 Déc - 3:04






© Frédéric Doucet
(15 décembre 2013)



• Nouvelle page spéciale

« Compte rendu du concert de JOHNNY HALLYDAY

(+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE
& DJ YAROL POUPAUD)

le 15 décembre 2013 au TRIANON (Paris) »


sur ce lien (à copier-coller) :
http://heartbreakhotelthehellboysnikolaacin.fr.gd/JOHNNY-HALLYDAY-le-15-decembre-2013-au-TRIANON--k1-Paris-k2---d--compte-rendu-.-.htm





••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••








© Johnny Hallyday 1960 dessiné
par Alain Chennevière 2013




JOHNNY HALLYDAY

(direction musicale :
YAROL POUPAUD)

+ 1ère partie : DJ PHILIPPE MANŒUVRE
(& DJ YAROL POUPAUD)


Concert au profit de l’association La Bonne Etoile,

le dimanche 15 décembre 2013
au TRIANON (Paris) :


« Bonsoir ! Il m’est arrivé un drôle de truc jeudi soir,annonce Philippe Manœuvre devant les deux platines
qui trônent à l’avant de la scène. J’étais à mon journal, et je reçois un coup de téléphone de Seb Farran. Il me dit : “Qu’est-ce que tu fais dimanche soir ? Il y a Johnny qui donnera un concert au Trianon. Et il veut que tu chauffes la salle.” Alors, on est là ensemble pendant trois quarts d’heure, une heure
(sifflements du public, qui trépigne d’impatience de voir le king). Oui, je sais, mais vous êtes là pour une bonne cause et on va passer de la bonne  musique. Ça va faire plaisir au patron. »

Voici la sélection de ce disc-jockey :

• “Get Rhythm” (Johnny Cash).

• Un titre de Screamin’ Jay Hawkins. Le disque semble rayé ou, en tout cas, saute au même endroit à plusieurs reprises — première grimace de Manœuvre. L’assistant, présent durant le set, vient à la rescousse. Finalement, bye Screamin’ et on enchaîne avec…

• « … Un titre de Peter Watson ! »

• “The Way I Walk” (Jack Scott).

« Un p’tit Lynyrd, ça vous irait ? » et hop, “Sweet Home Alabama” (Lynyrd Skynyrd). Manœuvre vient sur le devant de la scène, fait taper dans les mains. Et comme à plusieurs reprises durant ce “DJ Set”, il gigote en improvisant à tout-va ses pas de danse. Tel un dingofan de rock’n’roll qu’il est depuis plusieurs décennies. A la fin de cette version originale de “Cartes postales d’Alabama”, Yarol, en veste et pantalon jean, arrive et pioche dans les vinyles situés en dessous des platines.

On ne sait pas trop pourquoi mais, pendant tout le “DJ Set”, Rémi Bouet (président du fan club Limited Access) reste planté au fond de la scène. Les bras croisés ou, à la Jacques Chirac, les mains dans les poches de son patalon.

« Vous l’aurez remarqué, poursuit le Mad Man’,Yarol est avec nous. Lui aussi a une collection de disques rockabilly et souhaitait vous la faire partager. A partir de maintenant, on va avoir une sélection de Yarol. »

• “Trouble” (Elvis Presley).

• “Red Hot” (Billy Lee Riley).

• “Baby Let’s Play House” (pas par Elvis).

• “Oh Baby Doll” (Chuck Berry).

Resté dans les parages, Manœuvre déclare : « Yarol voudrait que vous bougiez lorsqu’il va arriver tout à l’heure avec le patron. Est-ce que vous pouvez lui promettre ? » La salle : « Ouaaaissssss !!!!! » Yarol part dans la coulisse se préparer pour le concert, Manœuvre reprend les commandes (l’assistant est pas loin, à deux mètres — au cas où).

•  “Manish Boy” (Muddy Waters).

« Qu’est-ce que vous diriez d’un petit inédit d’Amy Winehouse ? », hop, c’est parti.

• “I Don’t Want To Discuss It” (Little Richard).

• “Santa Claus Is Back In Town” (Elvis Presley).

• “(She’s) Sexy & 17” (Stray Cats).

• Un gros rock (des années 1970 ?) américain bien lourd. Le disque saute, semble rayé. Mad Man navré. « Si vous voulez, depuis cet après-midi, les platines ne marchent pas. On va travailler avec une seule platine (au lieu des deux) »,annonce-t-il, dépité. Mais il ne va pas s’en laisser compter.

• Un rock normal, ambiance 70s, avec les mots « Thunder Dome » dedans.

• “Jumpin’ Jack Flash” (pas par les Rolling Stones, et avec un son à la ZZ Top).

• “I Live The Life I Love” (par Muddy Waters ? sous réserves).

• Manœuvre se déhanche à nouveau, cette fois sur un titre de Bo Diddley. « Et voilà, c’est presque terminé. Vous avez été super sympas. Merci à tous de votre indugence. Je suis désolé de ces problèmes incontrôlables de platine. Moi, c’est la première fois que je faisais David Guetta. Et d’ailleurs, je… (le micro se coupe. Manœuvre, accablé, sur scène : « Oh noooonn ! », rires spontanés et bon esprit dans le public. Le micro remarche). Je vous souhaite un extraordinaire concert ! »

Juste après la prestation de Manœuvre, les titres “Brand New Cadillac”, “Jimmy Jazz”, “Hateful”, “Rudie Can’t Fail”, “Spanish Bombs” des The Clash remasterisés 2013 sont diffusés dans la sono. Marc Lavoine est au premier rang du premier balcon, avec sa femme Sarah, côté droit face à la scène. Il tape des mains, se trémousse à chaque instant durant ces chansons qu’il connaît à l’évidence par cœur.

Le dimanche 16 juin 2013 à Bercy (Paris), Johnny Hallyday délivrait avec le Yarol Poupaud’s Wild Rock’n’Roll Gang une prestation historique, impeccable. C’était, d’une certaine façon, “la” prestation de sa vie d’artiste chanteur de scène. Ce soir-là, tout est devenu magique dès lors qu’ils ont joué “Nashville Blues” (troisième morceau de la set list) en lieu et place de l’inutile “Je te promets” (joué les deux soirs précédents).

De plus, on imagine Yarol, Greg Zlap & co surboostés par le set 100 % rock’n’roll roots qu’ils avaient fait au Théâtre de Paris dix-huit heures plus tôt.

Dans l'inconscience la plus totale, la compagnie de disques Warner a commis la monumentale erreur de graver pour l’éternité sur CéDés et DéVéDés la soirée planplan du samedi 15 juin. Celle qui fut télévisée. Sans doute l’a-t-elle fait parce qu’il y a des invités “prestigieux”.

Or, justement, ces derniers alourdissent et ralentissent de façon considérable le show. La palme d’or revenant à Eddy Mitchell qui, avec son scandaleux je-men-foutisme, saccage “La musique que j’aime”. Sans que cela ait l’air de le gêner plus que cela, vis-à-vis des musiciens qui sont en train de jouer pour rattraper le fait qu’il ne soit pas vocalement dans les clous et le tempo.

Pile poil six mois plus tard, ce dimanche 15 décembre, Johnny Hallyday fait tout aussi fort. Il est dans la même intensité vocale et scénique que le dimanche 16 juin à Bercy. Avec en prime un répertoire axé 95 % rock’n’roll et blues. Gorgé de feeling, de dinguerie, de spontanéité et de très bonne ambiance, sur scène comme dans l’assistance.

Les 5 % restant étant “Que je t’aime”, dans une version OK normale et même d’ailleurs plutôt intimiste, et la puissante chanson “L’envie”. A cela, il y a aussi le fait qu’il se produit dans une salle de mille places. Ce qui, pour lui, solide et mythique rocker originel, fait office de club.

C’est comme si on avait la possibilité spatio-temporelle de pouvoir assister à l’un de ses concerts à l’Olympia 1964, avec Joey & The Showmen (le groupe des “Rocks les plus terribles”).

21h, ça démarre 1 2 3 4 carré, pète-sec, nerveux, électrique en diable avec “Je suis né dans la rue”. Greg Zlap, le pied sur l’un des retours, chauffe le public avec son harmonica en le regardant dans les yeux. Le son et l’ambiance sont percutants, électriques en diable.

Les guitares de Yarol Poupaud et Robin Lemesurier, rythmiques ou dans les solos, sont aiguisées, acérées. Yarol et Johnny ont constitué pour cette tournée 2012/2013 un vrai groupe, en aucun cas un orchestre.

Ces musiciens sont tellement bons, ils ont la musique du diable chevillée au corps : Fred Jimenez (basse), Alain Lanty (piano), Frédéric Scamps (orgue), Vincent Polycarpe (batterie, qui remplace Geoff Dugmore pour cette date unique à Paris), Amy Keys et Sy Smith (choeurs).

Au cours de cette tournée d’un an et demi, Yarol a insufflé un esprit libertaire et dingo 100 % “Rock’n’roll Friday” (1). C’est le meneur de bande qu’il fallait à Johnny Hallyday pour ses concerts.

Le show de ce soir au Trianon est idéal. Quasiment rien que du rock’n’roll, du blues, rempli de bonnes vibrations électriques. Avec une set list quasiment de rêve. Son seul défaut est qu’il n’y figure aucun morceau des “Rocks les plus terribles”. Un petit “Ô Carole” (“Carol” de Berry Chuck), “Johnny, reviens !” (“Johnny B. Goode”, le même) ou, encore plus fort, n’importe quelle autre pépite (très rarement interprétée sur scène) de ce fantastique disque éternel : on serait alors au paradis des JH (“Les JH” = les fans de Johnny).

Après la profession de foi “Rock’n’roll Man” parolée par Michel Mallory, arrive “Nashville Blues”. On s’y croirait, dans un honky tonk de là-bas. Johnny laisse parler son âme de petit Franco-Belge rêvant de cowboyeries, d’Elvis, Eddie Cochran, etc., et d’une Amérique “d’avant”, idéalisée et imaginaire.

“Le pénitencier” est le moment le plus “normal” du set, avec “Que je t’aime” et “L’envie”. “La terre promise”, pétaradante et joyeusement furieuse, bondit quant à elle d’un bout à l’autre de chaque vers pendant quatre à cinq minutes. Avec toujours l’harmonica de Zlap en gimmick (et lors d’un solo).

C’est d’ailleurs lui qui mène par le bout de son harmonica la zébulonesque “Gabrielle”, avec les guitares de Yarol et Robin. Johnny se lâche encore plus. Il envoie avec humour, au milieu de la chanson, au moment où celle-ci s’électrifie, à l’attention de madame Chirac : « Ah Bernadette ! Tu brûles dans mon cœur, c’est une illusion de douceur. » Euphorie dans la salle. Soudain, dans la salle, nous sommes mille poteaux-Salut les Coupaingues souriant ou riant à cette dédicace sympa, chantée et improvisée.

A son balcon, Marc Lavoine s’éclate spontanément, comme un petit fou, comme un enfant. Durant tout le concert, il n’arrête pas de sourire, les yeux rieurs, de bouger sur son siège, de taper avec ses mains sur le rebord de la rembarde.

“Joue pas de rock’n’roll pour moi”, canetwouy (copyright Dick Rivers) rock bonne franquette, réchauffé par l’harmonica de Greg Zlap, est chanté par Johnny, sa guitare à la main. On entend celle-ci distinctement dans la sono — cela mérite d’être signalé.

Vient une séquence bien réjouissante de rocks anglophones de base. D’abord, un “Be Bop A Lula” réclamé (et obtenu) par Les JH du milieu de la salle, en fosse. “Blue Suede Shoes” du tonnerre, avec un max’ de chouettes échos dans les enceintes, pour que ça sonne comme dans les enregistrements américains des années 1950. Et “I’m Gonna Sit Right Down And Cry (Over You)”.

“Hey Joe” est rugueux et sauvage. Une interprétation proche de la version studio d’Alain Bashung 1985, aussi bien dans la voix de Johnny que dans l’orchestration.

Le boogie carré et nerveux “Le bon temps du rock’n’roll” déchaîne les passions. Tout le monde reprend en chœur les paroles, spécialement les mots « rock’n’roll ! (…) rock’n’roll ! (etc.) ».

Donc, après un “Que je t’aime” incongru dans cet set, le psychédélisme déploit ses ailes avec une version de “Voyage au pays des vivants” digne de l’album de 1969 dont il est issu. Johnny, notamment, fait des merveilles lorsqu’il envoie des « oh non ! noon ! nooon !! aaaaah » entre les couplets. Et aussi lors de la fameuse phrase « je ne recommencerai jamais ! », répétée une vingtaine
de fois.

Au même titre que “Rock’n’roll man”, “Fils de personne” est aussi l’une des principales cartes de visite et d’identité de Johnny. En quatre minutes, cette chanson symbolise et revendique bien son univers musical ainsi que ses origines sociales, le fait qu’il ne doit rien à personne et qu’il s’est fait quasiment tout seul. Yarol (qui chante le dernier couplet) et le groupe, à l’évidence, prennent un pied immense à jouer ce genre de morceaux.

“L’envie” roule OK, sans surprise. Elle impressionne moins qu’à Bercy ou au Stade de France où elle était déclamée avec, en fond de scène, les mots-clés (de ces paroles) inscrits en lettres géantes au fur et à mesure que Johnny les chantait.

Au rappel : “La musique que j’aime”. Cette fois, contrairement au CD/DVD live officiel 2013, pas d’Eddy Mitchell désinvolte pour massacrer comme c’est pas permis cet archi-standard de Hallyday. Une énième fois
de plus, en live, “La musique…” fonctionne toujours. Elle embarque tout le monde dans la salle.

Beaucoup plus intéressant et surprenant est la fabuleuse version d’un obscur titre rockabilly : “Dead Or Alive”
de Lonnie Dolegan. Avec un pic spécial au moment où il chante les mots « I don’t like your hard rock hotel! ». Cette version 2013 mériterait de figurer sur l’album “Les rocks les plus terribles” (avec un texte en français).

En clôture du set, à 22h25 : “L’amour à mort”, un rock actuel, de série B, pas inoubliable. Mais qui, en concert, met l’ambiance comme il faut. Avec le public qui reprend en chœur les paroles du refrain.

Johnny Hallyday au Trianon, c’est exactement le genre de spectacle, intimiste, authentique, rock’n’roll, “retour  aux sources” (2) qu’il faut qu’il fasse à Paris lors de sa tournée prévue en 2015. Sans séquences avec orchestre symphonique, même si celles-ci sont plaisantes à entendre et transporte les spectateurs. Par contre, avec des cuivres. Et ça serait vraiment l’idéal que cela se déroule dans des salles de quelques milliers de personnes (pas plus), du style Olympia ou Palais des Sports.

François Guibert
(24 décembre 2013)

(1) : les “Rock'n'roll Friday” étaient des soirées-concerts une fois par semaine au Gibus et au Triptyque de 2005 à 2008. Yarol y était l’un des musiciens réguliers sur scène, et le régisseur-intendant d’un soir de tous les groupes qui s’y produisaient : The Hellboys, Naast, Heartbreak Hotel, Brats, Plastiscines, Les Shades, etc.

(2) : comme on dit — même si, en fait, Johnny n’arrête pas d’en faire, des “retours aux sources”, à chaque spectacle.





••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


Concert de JOHNNY HALLYDAY le 15 décembre 2013 au TRIANON (Paris)

en écoute dans son intégralité (captation amateur) sur ce lien (à copier-coller) :

http://www.youtube.com/watch?v=v3KEU8wWQBM






••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
GUIBERT FRANCOIS
Admin
avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 12/07/2008
Age : 43
Localisation : “Chez Moi À Paris”

MessageSujet: Re: JOHNNY HALLYDAY (+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE) 15/12/2013 Trianon (Paris) : compte rendu   Dim 9 Fév - 0:18




Dans le cadre d'une interview de Paris Radio Campus,

en direct le 5 février 2014,

Yarol Poupaud parle du "Born Rocker Tour" 2012/2013 de Johnny Hallyday

sur ce lien :

http://www.youtube.com/watch?v=2fZpqjU6shs



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
GUIBERT FRANCOIS
Admin
avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 12/07/2008
Age : 43
Localisation : “Chez Moi À Paris”

MessageSujet: Re: JOHNNY HALLYDAY (+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE) 15/12/2013 Trianon (Paris) : compte rendu   Sam 29 Mar - 23:19

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JOHNNY HALLYDAY (+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE) 15/12/2013 Trianon (Paris) : compte rendu   

Revenir en haut Aller en bas
 
JOHNNY HALLYDAY (+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE) 15/12/2013 Trianon (Paris) : compte rendu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Johnny Hallyday & Philippe Manoeuvre 15/12/2013 Trianon : compte rendu
» Hallyday le 16 juin 2013 à Bercy : compte rendu
» Johnny Hallyday par Philippe Manoeuvre
» Yarol Poupaud, Black Minou & Johnny Hallyday par Philippe Manoeuvre (Rock&Folk)
» Johnny dans RocknFolk de janvier 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARIE FRANCE :: Les concerts de MARIE FRANCE-
Sauter vers: