MARIE FRANCE



Forum du site non officiel :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LA FEMME 18/03/2016 Sannois + 23/03/2016 Olympia : compte rendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GUIBERT FRANCOIS
Admin
avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 12/07/2008
Age : 43
Localisation : “Chez Moi À Paris”

MessageSujet: LA FEMME 18/03/2016 Sannois + 23/03/2016 Olympia : compte rendu   Mar 26 Avr - 21:25




Nouvelle page spéciale inédite

« Compte rendu détaillé

des concerts “SPHYNX” & “PSYCHO TROPICAL BERLIN” de LA FEMME

— le 18 mars 2016 à l'EMB à Sannois (95)

— et le 23 mars 2016 à L'OLYMPIA (Paris) »


en ligne sur ce lien :

http://lachanteusemariefrance.fr.gd/LA-FEMME--k1-concerts--g-Psycho-Tropical-Berlin-g--et--g-Sphynx-g--k2--le-18-mars-2016-a-l-EMB-de-Sannois--k1-95-k2--et-le-23-mars-2016-a-l-h-OLYMPIA--d--compte-rendu-.-.htm


•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••






LA FEMME

le vendredi 18 mars 2016
à l’Espace Michel Berger à Sannois (95)

et le mercredi 23 mars 2016
à l’Olympia (Paris) :


« Ce soir, on va vous jouer un gros paquet de nouveaux morceaux. C’est pour ça qu’on a voulu faire deux sets avec entracte. Et aussi parce que c’est l’Olympia. Le nouvel album sort en septembre. »

© Marlon Magnée, 25 mars, sur scène

La précédente prestation à Paris intra-muros de La Femme le 5 juillet 2015 au Point Ephémère était d’un très haut niveau. Une heure d’une créativité tous azimuts. Trois classiques : “Nous étions deux”, “It’s Time to Wake Up (California 2023)”, “Antitaxi”. Des raretés : l’instrumental “Mystère”, “Me suive” version remaniée, ramenée à une douzaine de minutes.

Et des inédits : d’abord, un funk surf pop carré et mid-tempo avec Sacha au chant (extrait : « Tu es partie / Je suis seul dans mon lit / Tous les soirs (etc.) »). Puis “SSD” (lire plus loin). Ainsi que “Où va le monde ?” dans sa première mouture. C’est-à-dire avec les paroles (désabusées et mélancoliques) chantées en simultané 50/50 par Clémence et Marlon, au même niveau vocal dans la sono. Un genre de morceau dans la veine Chris Isaak s’il jouait du synthé, en plus de ses guitares fifties.

Neuf mois plus tard, les concerts à Sannois et à l’Olympia de la bande à Sacha & Marlon confirment qu’ils sont de talentueux dingogénies de la pop française. À celle-ci, ils mêlent un maximum d’influences réjouissantes : rock’n’roll des années 1950 et 1960, yé-yé, punk, surf, twist, rock alternatif français fin 1980s/début 1990s, chanson française à l’ancienne, new wave Rose Bonbon & “Frenchy but Chic” (© Jean-Eric Perrin).

Et aussi, désormais, des choses comme le psychédélisme. Sauf que, pour ce dernier style, ils en dégagent vite fait bien fait les balourdises baba cool lénifiantes qu’il y a autour. Cela donne des merveilles comme l’hallucinant “Sphynx”. Pratique et pas dangereux : en visionnant le clip dantesque et mirobolant, on peut ressentir les effets procurés par l’acide sans avoir à tester ce machin qui doit vriller le cerveau.

Une heure trente de concert (durée 100 % OK) pour Sannois, deux heures cinq à l’Olympia. Avec un ordre de chansons différent pour chacune de ces prestations. Hormis le rappel : “Télégraphe”, “Paris 2012” et “Antitaxi” enchaînés. En clôture, “La Femme ressort” avec son gimmick accrocheur de guitare aiguë, ses claviers cinéma muet des Années Folles et son champ lexical à la Édith Nylon (le groupe).

Les autres morceaux 2010/2013 interprétés durant l’un ou l’autre (la plupart aux deux) de ces concerts : “Packshot”, “Sur la planche”, “La Femme”, “Interlude”, “Hypsoline”, “Amour dans le motu”, “Nous étions deux”, “It’s Time to Wake Up (California 2023”), “Le blues de Françoise”, “Welcome America”, “Si un jour” (cités dans le désordre).

Marlon & Cie jouent ces désormais standards pop hyper à l’aise pour un rendu aussi nickel impecc’ que sur “Psycho Tropical Berlin”. Peu de samples ou de boucles préenregistrées, à part le gimmick (le souffle/trou d’air sonore) popularisé par “Sur la planche”.

Il y a également une grosse douzaine de nouveaux titres (“Mycoses”, “Elle ne t’aime pas”, “Goa”, etc). En les découvrant, on devine que ce futur CD sera au minimum aussi réussi et enthousiasmant que le chef-d’œuvre “Psycho Tropical Berlin”.

Le spectacle est total. Un an qu’on attend ce concert, aucune déception, la magie est là, tout fonctionne. Zéro décor mais un éblouissant jeu de lumières, de “Sphynx” (premier titre) à “La Femme ressort” (final). Elles sont beaucoup plus vives et flashantes qu’au Trianon le 14 novembre 2013.

Marlon Magnée est la tête pensante n°1. Aux claviers et au chant, ce showman a toujours hors et sur scène des looks à la fois improbables et classes. Quand on voit des photos de jeunes “créateurs” du monde de la mode, c’est évident que plusieurs d’entre eux lui piquent plein d’idées.

Sauf que lui, il a le chic bargeot pour trouver les bonnes fringues bigarrées, de façon spontanée, sans se prendre la tête. Et surtout, c’est lui le prem’s qui trouve avant les autres, les “officiels”, ces idées vestimentaires.

Tête pensante n°2 : Sacha Got. À la guitare (super son surf délicat et limpide), régulièrement au chant (“Hypsoline”), parfois au thérémine. Il est en retrait les trois quarts du concert si l’on compare à l’attitude spontanément leader de Marlon. Avec ce dernier, il compose tous les titres de La Femme. Tous deux sont l’âme artistique, le socle fondateur du groupe.

Parmi les nouveautés, Sacha chante “SSD” (abréviation codée de “Strasbourg-Saint-Denis”). Il est looké cravate, chemisette et lunettes noires à la Alain Pacadis option Monsieur Propre, sans le côté glauque et repoussant. Un morceau racontant une dérive/errance nocturne dans ce quartier, « à base de Star Night (une discothèque du 75010, ND FG) et Gin Tonic ». En écho féminin, dans le rôle d’une femme vénale : Clémence. Influences principales de ce morceau : Marie & les Garçons, Patrick Vidal.

Clémence Quélennec est la personne parfaite pour être la chanteuse principale de La Femme. Déjà, son look de jeune fille moderne est toujours soigné, élégant. Son charisme est raccord avec tous les divers visuels de La Femme. Même quand ce n’est pas elle qui est représentée sur telle photo, tel dessin.

Et avant tout, vocalement, elle a le truc en plus, qui fait qu’elle peut s’approprier tous les titres du groupe. Y compris ceux qui sont interprétés par d’autres, présentes pour la plupart par ailleurs sur scène ces deux soirs.

Elle chante les mots écrits par Sacha & Marlon avec une sorte de “piquant” vocal, sa touche perso. À la fois concentrée et dans la retenue permanente. Une voix robotique et pleine de chaleur humaine, toujours sur le fil. Et tout ça à chaque représentation live du groupe. Clémence (chant, claviers) apporte énormément à l’identité scénique de La Femme.

L’alchimie “gang soudé de rock’n’roll” (qui fait de la dingopop) fonctionne à plein régime avec l’apport de Nuñez Hijo (claviers, percussions, déguisements divers), Sam Lefèvre (basse, claviers) et Noé Delmas (batterie, avec a priori, que ça interfère ou non dans son jeu, beaucoup de rock alterno dans ses goûts musicaux).

Chacune de leurs invitées féminines (Mathilde Marlière, etc.) sur ces deux dates franciliennes est choisie pour un timbre vocal précis, collant avec le(s) morceau(x) qu’elles interprètent.

Ainsi, Clara Luciani a un ton évanescent, langoureux et mélancolique. Grace Hartzel, anglophone, chante “Always the Sun”, nouveauté pop radieuse. Jane Peynot a une voix plutôt aiguë, robotique, convenant aux morceaux dépressifs mais biens.

La toute jeune Angela, 18 ans environ, chante la comptine yé-yé “Septembre”, potentiel mégatube. Un texte qui coule de source, aux mots simples. Assemblés les uns aux autres, ils forment une parabole de la destinée humaine quotidienne dans le monde moderne. Un genre de “Métropolis” (le film) textuel, vu à travers les yeux et la plume d’une enfant, même si les paroles sont de Sacha & Marlon. Il faut que La Femme sorte cette ritournelle poppy en single.

Uniquement présente à l’Olympia, Battista Acquaviva chante en lead “Psy zouk”, un titre pop chaloupé sous des influences caribéennes (qui viennent de Sacha).

Bonne nouvelle : La Femme semble avoir relégué aux oubliettes le lourdingue potache “Marie tu respires le sexe” (joué au Trianon 2013 et au Point Ephémère 2015). Elle le remplace par le tout aussi rock (rythmique qui bastonne bien) “Tatiana”. Marlon Magnée, ici chanteur de rock déglinguo, débite à toute vitesse des paroles racontant une rencontre marquante avec une fille à New York. Les synthés sonnent presque comme des guitares rageuses.

“La vague” (titre connu des aficionados sous le titre-refrain “Et la vie s’écoule”) et “Le vide” ont en commun : une ambiance ésotérique, planante (sans l’esthétique pop music). Un tempo lent. Et un magnifique chant de sirènes à deux ou trois voix.

Via ses concerts, clips, photos, disques et chansons, la bande à Sacha & Marlon transmet et procure d’innombrables psycho chouettos sensations. En plus, humainement, ça a l’air d’être des gars en or. Simples, bon esprit, pas prise de tête, passionnés par la et leur musique.

Vis-à-vis de cette dernière, ils sont hyper pointilleux, exigeants : ils ont raison. Ils savent ce qu’ils veulent, quels sons, styles, visuels, il faut pour tel morceau, telle vidéo, etc. C’est comme ça qu’ils arrivent à pondre des dizaines de morceaux époustouflants.

Comme le déclare Marlon à Maxime de Abreu sur le site “Les Inrockuptibles” (mars 2016) : « On veut faire le meilleur album dont on est capable et n’avoir aucun regret au final. On veut faire en sorte que rien ne nous fasse chier quand on le réécoutera dans quelques années. »

François Guibert

(24 avril 2016)

N.B. : La Femme sera en concert le vendredi 27 janvier 2017 au Zénith de Paris.

Places en ventes sur ce lien (entre autres) :

http://www.fnacspectacles.com/place-spectacle/manifestation/Pop-rock-Folk-LA-FEMME-ZPFEM.htm






••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





— Set list du concert du vendredi 18 mars 2016 à Sannois de 22h25 à 23h55 :


• “Sphynx” (chant : Clémence Quélennec)
• “Elle ne t’aime pas” (chant : Marlon Magnée / Chœurs : Clémence Quélennec)
• “Mystère” (instrumental)
• “Mycoses” (chant : Clémence Quélennec)
• “Septembre” (chant : Angela)
• “Si un jour” (chant : Clémence Quélennec)
• “Sur la planche” (chant : Clémence Quélennec & Clara Luciani & Jane Peynot)
• “Always the Sun” (chant : Grace Hartzel)
• “Goa”
• “La Femme” (chant : Clara Luciani, Clémence Quélennec & Jane Peynot)
• “Où va le monde ?” (chant : Marlon Magnée / Chœurs : Clémence Quélennec & Sacha Got)
• “Nous étions deux” (chant : Marlon Magnée)
• “Tatiana” (chant : Marlon Magnée)
• “SSD” (chant : Sacha Got)
• “It’s Time to Wake Up (California 2023)” (chant : Clara Luciani, Clémence Quélennec & Marlon Magnée)

1er rappel :
• “Le vide”
• “Télégraphe” (chant : Marlon Magnée & Clémence Quélennec)
• “Paris 2012” (instrumental)
• “Antitaxi” (chant : Marlon Magnée)

2e rappel :
• “La Femme ressort” (chant : Jane Peynot / Chœurs : Clémence Quélennec).


••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••


— Set list du concert du mercredi 23 mars 2016 à l’Olympia :


1er set, de 20h20 à 20h55 :
• “Sphynx” (chant : Clémence Quélennec)
• “Amour dans le motu” (chant : Clémence Quélennec)
• “Mycoses” (chant : Clémence Quélennec)
• “Septembre” (chant : Angela)
• “La Femme” (chant : Clara Luciani & Clémence Quélennec)
• “Interlude”
• “Hypsoline” (chant : Sacha Got & Clémence Quélennec)
• “Psy zouk” (chant : Battista Acquaviva)
• “Elle ne t’aime pas” (chant : Marlon Magnée / Chœurs : Clémence Quélennec)

2e set, de 21h25 à 23h :
• “Packshot” (chant : Clémence Quélennec)
• “Sur la planche” (chant : Clémence Quélennec, Clara Luciani et toutes les invitées)
• “Mystère” (instrumental)
• “Always in the Sun” (chant : Grace Hartzel)
• “Le blues de Françoise” (chant : Mathilde Marlière & Clémence Quélennec)
• “Où va le monde ?” (chant : Marlon Magnée, chœurs Sacha Got & Clémence Quélennec)
• “Nous étions deux” (chant : Marlon Magnée)
• “Me suive” (chant : Clara Luciani, Clémence Quélennec & Marlon Magnée)
• “SSD” (chant : Sacha Got / Voix parlée : Clémence Quélennec)
• “Tatiana” (chant : Marlon Magnée)
• “It’s Time to Wake Up (California 2023)” (chant : Clara Luciani, Clémence Quélennec & Marlon Magnée)

1er rappel :
• “La vague” (chant : Clémence Quélennec, Clara Luciani & Jane Peynot)
• “Si un jour” (chant : Clémence Quélennec)
• “Télégraphe” (chant : Marlon Magnée & Clémence Quélennec)
• “Paris 2012” (instrumental)
• “Antitaxi” (chant : Marlon Magnée)

2e rappel :
• “Welcome America” (chant : Marlon Magnée)
• “La Femme ressort” (chant : Jane Peynot • chœurs : Clémence Quélennec).


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
GUIBERT FRANCOIS
Admin
avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 12/07/2008
Age : 43
Localisation : “Chez Moi À Paris”

MessageSujet: Re: LA FEMME 18/03/2016 Sannois + 23/03/2016 Olympia : compte rendu   Mer 28 Déc - 2:10



Les chansons du concert de LA FEMME

le 2 décembre 2016 à L'Orange Bleue à Eaubonne (95)


sont en ligne séparément.

Le concert est aussi en écoute dans son intégralité :

http://www.youtube.com/channel/UC_fBGdKXpvSQEcjAUspUiMg/videos?shelf_id=0&view=0&sort=dd

+ les miniconcerts Maison de la Radio (31 août), Flow (8 septembre), Fnac Bercy (16 septembre).


LA FEMME, 2 décembre 2016, 21h35 à 22h50, L'Orange Bleue à Eaubonne (95) :

Concert de La Femme super abouti. Impressionnant de rigueur et de dinguerie musicale parfaitement maîtrisée et spontanée.
Déjà, les concerts à l'EMB de Sannois (95) le 18 mars et à l'Olympia (Paris) le 23 mars étaient enthousiasmants. Avec un maximum de nouveautés et une créativité de chaque instant.

Là, par rapport à ceux-ci et aux miniconcerts (Maison de la Radio, Flow, Fnac Bercy) en août septembre, on sent toute la tournerie live accumulée au fil de leurs concerts chez les Américains d'Amérique (du Sud). Et ailleurs dans le monde, en octobre/novembre.

Ils rajoutent partout plein de détails sonores qu'il n'y avait pas lors des concerts de mars dernier. Ils affinent le trait à de nombreux endroits : dans les musiques, voix, arrangements, choeurs, le jeu de scène, la cohésion de groupe de rock scénique sous influences multiples.

Ils rajoutent deux chansons à leur set live : “Le vide est ton nouveau prénom”, “Exorciseur”. Et aussi “Tueur de fleurs”, qu'ils ont toutefois déjà présentée lors des miniconcerts parisiens à la rentrée. La sonorisation est excellente.

La Femme, c'est la locomotive musicale française n°1 parmi les groupes de jeunes, destination le monde. La Bande à Sacha & Marlon, c'est des génies pop français sous des dehors pieds nickelés chouettos, à la cool, bon esprit, total' accessibles. Ça promet pour le concert du Zénith (Paris) le 27 janvier 2017.

François Guibert
(samedi 3 décembre 2016, 0h25)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachanteusemariefrance.fr.gd/
 
LA FEMME 18/03/2016 Sannois + 23/03/2016 Olympia : compte rendu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opéra de Versailles — saison 2015-2016
» orchestre de paris saison 2016/2017
» TCE 2016 2017
» Grand Théâtre de Genève / Théâtre des Nations : 2016-2017
» Futures saisons du Met

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARIE FRANCE :: Le site http://lachanteusemariefrance.fr.gd/-
Sauter vers: